Course aux playoffs : pour qui la pluie des Warriors ?

Le Weekly Recap épisode 23 plonge dans la lutte pour la huitième place à l’Est et à l’Ouest. Golden State terrorise la ligue, et Russell Westbrook domine les boxscores, as usual.

Standings of the Week

Classement NBA 06.04.17

Portland ou Denver ?

Le run vers la post-season s’intensifie sérieusement à l’Est, alors que les Nuggets naviguent derrière un dernier espoir : ils entendent surprendre les Blazers de Portland qui filent vers la huitième spot de l’Ouest, avec un match d’avance. La perte d’un Jusuf Nurkic intenable ne semble pas perturber l’excellente dynamique de Terry Stotts et de ses troupes ces dernières semaines. Après avoir tapé Denver la semaine dernière dans un must-win mémorable, Portland se réjouit sans doute à l’idée de défier Golden State dès le premier tour des playoffs afin d’expérimenter son roster et de cerner le gap encore nécessaire avant de pouvoir prétendre aux top spots de la conférence Ouest pendant les prochaines saisons. Dame Lillard compte offrir un vrai combat à Stephen Curry sur les lignes arrières, alors que CJ Mc Collum tentera de perturber la routine infernale de Klay Thompson derrière l’arc et même dans l’utilisation infiniment intelligente des écrans à l’opposé du ballon. L’absence de Nurkic prive les Blazers d’une véritable menace offensive dans la peinture, d’autant plus que l’on connaît le manque de taille des hommes de Steve Kerr, ce qui constitue un de leurs seuls points faibles. Sans compter que les Warriors sont partis pour terroriser toutes les franchises sur leur passage. Mais l’expérience même écourtée ne serait que plus riche en enseignements pour la franchise de l’Oregon.

Damian Lillard fait tout pour hisser ses Blazers en playoffs.
Damian Lillard fait tout pour hisser ses Blazers en playoffs.

Nénamoins, la série de 14 victoires sur les 19 derniers matchs des Blazers ne doit pas faire oublier la formidable saison des Nuggets de Denver. Au-delà de l’éclatante et épatante progression de Nikola Jokic, le jus de Jamal Murray a grandement bénéficié aux Nuggets tout au long de la saison. La mise au placard de Mudiay ressemble fortement à une volonté de séparation des deux partis, mais il est évident que Denver peut tirer une contre-partie plus qu’intéressante en cas de départ du jeune meneur. Cela va sans dire que le rajeunissement du backcourt est déjà plutôt florissant tant l’apport de Gary Harris et Will Barton est considérable pour cette franchise qui s’appuie désormais sur un pivot à l’altruisme évident en la personne de Nikola Jokic. La folie de Barton et les cannes de Harris traduisent complètement l’air positif du Nevada puisque les vétérans y trouvent malgré tout leur place : 18 points par match pour Gallinari, 16 pour Chandler, et 27 minutes par match pour Jameer Nelson. Les Nuggets doivent donc poursuivre cette logique de reconstruction menée par Mike Malone, et même si la récompense n’est pas totale en fin de saison régulière, les jours s’annoncent jolis dans les saisons à venir.

Le suspense à l’Est n’existe que grâce à la répétition des déconvenues

A l’Est, la lutte est encore grandiose puisque Hornets et Bulls pointent même à nouveau le bout de leur nez ! La franchise de Sa Majesté relève la tête après un début d’année plus que compliqué dans la conférence Ouest en l’absence de son pivot Cody Zeller. Ceci dit, la défaite de cette nuit face à Miami est fatale : les deux matchs et demi de retard ne pourront pas être rattrapés par Charlotte qui doit disputer encore seulement 3 matchs. Bien dommage pour la bande à Kemba Walker et Nic’ Batum qui termine donc une saison de désillusions. Pour les Bulls, cela relève moins de l’exploit. Calés momentanément à la 7ème place de la conférence, les partenaires de Jimmy Butler ont trouvé une surprenante cohésion suite à la blessure de D-Wade. Rajon Rondo retrouve son efficacité d’antan, Jimmy Butler conserve son emprise sur le money-time, et surtout Nikola Mirotic sort du très lourd derrière l’arc depuis 7 matchs (54% à trois points avec un brillant 26/48). Chicago fait donc pleinement douter les Pacers qui se retrouvent soumis aux seuls exploits de Paul George, dont l’insolente efficacité n’a pas suffi dans un money-time fou face à LeBron et ses Cavs en fin de semaine dernière. Une performance de très haut vol pour celui qui a retrouvé son meilleur niveau après sa terrible chute avec Team USA à l’été 2014, puisqu’il a inscrit les 18 des 21 derniers points d’Indiana dans des positions pour le coup plutôt fermées. Pendant ce temps, Atlanta est en chute libre, comme en témoigne ses deux petites victoires sur les 11 derniers matchs. https://youtu.be/fID9tXViXSY Présentée comme telle, la lutte paraît en effet intense. Mais préservons-nous de toute excitation malvenue, le suspense à l’Est n’existe que grâce à la répétition des déconvenues.

Milwaukee et Cleveland soufflent

De ce naufrage intégral de la conférence Est semble s’échapper Milwaukee, dont le jeune roster peut désormais compter sur un Khris Middleton de gala. Le shooteur des Bucks a terminé le mois de mars à 17+ points par match à près de 45% derrière l’arc. L’absence de Jabari Parker est cruelle pour les Bucks, mais cela ne semble pas empêcher Jason Kidd de trouver les solutions pour faire briller son équipe, maintenant cinquième devant Atlanta.

Khris Middleton
Khris Middleton est bien de retour !

Tout en haut de la conférence Est, Cleveland se rassure quelques peu. Le duel était sérieux cette nuit à Boston face aux Celtics, sérieux prétendants à la première place de saison régulière. LeBron et son petit monde a envoyé un message en patron : victoire 114-91. Cleveland a maintenant un match d’avance sur Boston, avec le tie-breaker. Les C’s devront donc gagner deux fois de plus que les Cavs pour leur subtiliser la première place. A noter également un fait unique depuis février 2012 : Tristan Thompson a manqué un match. Fort d’une série de 447 matchs consécutifs disputés, l’intérieur des Cavaliers est resté sagement dans l’Ohio pour faire des examens. Quelle série cependant ! Plus de 5 ans sans rater un seul match.

Les habitués : Warriors et Westbrook

Inévitablement, la discussion doit s’orienter vers Russell Westbrook. L’inaccessible n’est plus, puisque l’homme à tout faire du Thunder est parvenu à ses fins : égaler le record de 41 triple-doubles sur une saison détenu par Oscar Robertson. Les 4 matchs restants sont une énigme malgré tout car l’intéressé pourrait souhaiter se reposer avant d’affronter probablement les Rockets de James Harden en playoffs.

Russell a enfin égalé Oscar !
Russell a enfin égalé Oscar !

En tête de la conférence Ouest, les Warriors se dirigent dangereusement vers un enchaînement de fessées lors de la post-season. La Splash Fam s’est méchamment reprise après sa baisse de niveau début mars. Stephen Curry, Klay Thompson et Draymond Green ont mené la danse lors du perfect-run de Golden State la semaine dernière. Houston puis San Antonio ont subi la loi des champions NBA 2015, chacune sur leur parquet, en back-to-back pour les Warriors. Certains signes ne mentent pas. L’agressivité défensive dégagée par les seconds couteaux que sont Matt Barnes, David West et Andre Iguodala, l’utilisation ô combien efficace de Javale McGee dans la peinture, l’omniprésence de Draymond Green, l’insolente réussite de Klay Thompson derrière l’arc, et la spontanéité déconcertante de Stephen Curry sont autant d’arguments en faveur d’un carnage pendant la post-season. Pardon ? Kevin Durant n’est pas encore revenu ? Dès samedi, les parquets vont trembler.

Hey Joe !

Jordan Crawford relance sa carrière aux Pelicans
Jordan Crawford relance clairement sa carrière aux Pelicans

Cela fait déjà plusieurs semaines que nous souhaitons saluer le retour de Jordan Crawford sur la toile NBA. Aux côtés de Cousins et Davis aux Pelicans, l’ancien des Wizards refait surface en NBA depuis 15 matchs. Après entre autres un passage en Chine et notamment un match à 72 points, le shooteur entend donner un nouvel élan à sa carrière de basketteur professionnel. Passé par Washington, mais aussi Boston et Golden State, Jordan Crawford n’a jamais réellement trouvé la stabilité propice à son éclosion, alors que sa saison sophomore à près de 15 points par match laissait présager de belles choses. C’est donc une très bonne nouvelle que le retour de Crawford au sein de la ligue. Pour, espérons-le, une plus longue pige cette fois ! ————————————————————————————–

 

  Logo Papers Above The Rim