Clint Capela : Le second couteau suisse

Rejection

Dix petites secondes à jouer. Les Rockets tiennent le match 117-113 face aux Cavs. Forcément, la balle ira à LeBron. Il enfoncera Ariza en tête de raquette. Nécessairement, il va scorer et mettra la pression sur le shooteur de lancers. Oui, mais c’était sans compter sur Clint Capela qui, du coin de l’oeil, a tout vu et anticipé. Par conséquent, le pivot lâche le marquage d’un Jeff Green inoffensif et se charge de contrer le lay-up du quadruple MVP. Jeff Green récupère… Airball. Houston peut dire un petit merci à Clint pour cette « rejection« .

L’intérieur prend match après match davantage d’ampleur au sein de la franchise texane. Retour sur la progression du facteur X des Rockets.

Clint Capela lancer franc - Houston Rockets
Clint Capela, Houston Rockets – © NBAE via Getty Images

Un parfum de Sefolosha aux airs de Roger

Avec son physique de Roger Federer, Clint est évidemment un joueur suisse. Né à Genève en 1994 d’un père angolais et d’une mère congolaise, le jeune garçon n’a que quelques mois quand ceux-ci se séparent. Il est donc élevé par sa mère et ses frères, et s’oriente plutôt vers le football dans ses jeunes années. Etonnamment, ce n’est qu’à 13 ans et avec une taille d’1m90 que l’adolescent ne s’intéresse au basket. Son grand frère lui propose de partager la gonfle. Coup de foudre.

Les deux frères apprennent rapidement les fondamentaux avec des vidéos sur YouTube, et lors d’un tournoi en France, le jeune Clint croise la route de Thabo Sefolosha. Capela s’intéresse de près au parcours de son aîné, et malgré sa timidité, l’interroge sur son arrivée en France et en NBA. Il veut lui ressembler.

Pro A, Hoop Summit, Draft, la routine

A 15 ans, il part pour Chalon sur Saône (comme Thabo l’avait fait). Trois ans plus tard, il intègre l’équipe professionnelle en remplaçant un certain Joffrey Lauvergne, parti au Partizan Belgrade. En 2014, il est nommé meilleur jeune joueur et MIP (Most Improved Player) de LNB, récompensant ses progrès en Pro A. La même année, il participe au Nike Hoop Summit réunissant les meilleurs jeunes joueurs du monde. Il foule le parquet 13 min, produisant 5 points, 3 rebonds, 1 passe, 1 contre et 1 interception.

Sa taille, sa vivacité, sa présence au rebond et son QI basket en font un bel atout dans la peinture. Comme une évidence, ou presque, il est ainsi sélectionné en 25ème position de la draft 2014 par les Houston Rockets.

Le grand bain

La présence de Dwight Howard aux Rockets limite Clint Capela à 12 matchs joués pour sa première saison. Avec 7 min en moyenne par match, pour 3 points et 3 rebonds lors de son année rookie, il est bien loin de concurrencer les Wiggins, Mirotic et Noel pour le trophée individuel. Mais l’enjeu est tout autre. Il n’est pas simple de se faire de la place près d’un tel pivot et de gars comme Motiejunas ou Josh Smith à l’âge de 20 ans.

Pourtant, dès la saison suivante, son temps de jeu augmente. Il tourne à près de 20 min par match et débute même 35 matchs. Ainsi, il double ses prises au rebonds, et pose 7 points et 1,2 contres de moyenne en jouant 77 matchs sur 82. Une seule ombre au tableau : son shoot.

Clint Capella Dribble - Houston Rockets - NBA
Clint Capella, Houston Rockets – © NBAE via Getty Images

Ainsi, le géant suisse a beau posséder une détente folle et un timing impeccable, son shoot n’est absolument pas une menace. Oui, ses pourcentages sont en progrès. Mais il faudra une éthique de travail stricte pour le voir être dangereux dans ce secteur de jeu.

Les Rockets new look

En 2016, le départ de Dwight lui laisse le champ libre. Et le nouveau coach Mike D’Antoni décide d’en faire son nouveau Amare Stoudemire. Associé au All Star et franchise player James Harden, Clint rayonne. Il passe à 12.1 points et 8 rebonds de moyenne et démarre 91 % de ses matchs. Le pick and roll était un classique de coach Mike à Phoenix de 2005 à 2008 avec les maîtres Nash et Stoudemire. A Houston, coach D’Antoni inculque les mêmes principes à Capela et d’Harden. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le duo fait des merveilles sur jeu placé, James à la passe ou au alley-oop, Clint à la finition. Bien souvent, c’est d’ailleurs pour écraser l’arceau !

La franchise finit l’année troisième de la conférence Ouest, Harden deuxième du MVP et Mike est coach de l’année. Arrivent alors les playoffs. Bien suppléé par Nenê dans la peinture, Clint aide ses Rockets à passer le piège OKC au 1er tour. Le MVP de la régulière, Westbrook, arrachera une victoire lors du game 3, mais le collectif texan aura raison du Thunder en 5 manches. Houston se prépare à un vrai test en demi-finale de conférence. Les Spurs de Lamarcus Aldridge et Kahwi Leonard, deuxièmes de la conférence, sont prêts à en découdre.

Capela domine la raquette durant ces playoffs : 9 rebonds et 2.5 contres de moyenne. Ceci dit, les Spurs sont implacables en face. Le game 1 est un blow-out orchestré à San Antonio (126-99), une infamie pour le club. La pareille leur est rendue au game 6 (75-114) au Toyota Center pour les virer des playoffs.

La magie des lignes arrières de Houston

Cette année, un nouveau chef d’orchestre est accueilli à Houston. Chris Paul, l’un des meilleurs meneurs de la ligue, nonuple All Star débarque en ville. Gare aux merveilles. Nul besoin de le former à servir caviars et à commander des pick and roll, puisqu’il excelle en la matière. Et donc, Clint Capela n’a plus qu’à se régaler en se faisant de la place à l’intérieur.

Cela peut sembler redondant à force : « passe de CP3, dunk de Capela », mais le timing, la précision et le choix du meneur font saliver n’importe quelle équipe. Clint a donc un vrai rôle aux Rockets. Grappiller les rebonds offensifs, garder la raquette rouge sous bonne garde et apporter 12 à 14 pts par match : voici le vrai travail de l’ombre qu’effectue quotidiennement Clint. Ne vous méprenez pas, il s’agit bien des standards de Tyson Chandler à New-Orleans !

Reste maintenant à savoir si cela sera suffisant pour les playoffs. Il lui faudra apporter la contribution défensive qui manque cruellement à certains joueurs de l’effectif.

Logo Papers Above The Rim