Julius Randle : de la promesse de talent à la régularité ?

Si les Lakers n’iront une nouvelle fois pas en playoffs cette année, l’avenir s’annonce  sympathique dans la cité des Anges. Les premières saisons de Lonzo Ball et Kyle Kuzma sont réussies et de jeunes joueurs émergent. Si Brandon Ingram a commencé a crevé l’écran, Julius Randle s’est affirmé sans faire trop de bruit cette saison. Titulaire du poste 4, l’ailier fort a enfin confirmé de manière régulière son gros potentiel. De quoi lui promettre un bel avenir dans la ligue ? Portrait sur le numéro 30 Angelino !

Le lycée et la Fac: découverte d’un phénomène

Texan d’origine (il est né à Dallas le 29 novembre 1994), le jeune Julius se fait remarquer dans le milieu de la balle orange au lycée. Dans son bahut de Prestonwood Christian, il est déjà considéré comme l’un des cinq meilleurs lycéens du pays. Il est accompagné dans ce club avec Andrew Wiggins, Jabari Parker, Andrew Harrison et Aaron Gordon (rien que ça). Le point commun de ce club des cinq? Leur potentiel athlétique, ce dont le texan est lui aussi doté. Ainsi, il remporte le Under Armour Elite 24 dunk, le concours de dunks de la marque des pompes de Steph Curry, en 2012. Il sera d’ailleurs élu MVP du match des lycéens le lendemain avec 27 points pour son équipe.

Dans sa saison senior, le jeune Julius posera des stats de mammouth sur la saison. Mouillez vous bien la nuque pour éviter l’hydrocution: 32,5 points et 22,5 rebonds, Wilt sort de ce corps. Très impressionnant, le profil de Randle attire forcément les universités. Trés courtisé par des écoles comme Texas, Kansas ou Floride, le jeune phénomène s’envolera finalement pour le Kentucky.

Chez les Wildcats, Randle va confirmer tout son potentiel. En quarante matchs, il pose vingt-quatre doubles-doubles, un record pour un joueur pour sa première année d’université. Il pose 15 points et 10 rebonds de moyenne, de grosses prestations à droite à gauche. Bien évidemment, son nom circule dèjà pour arriver en NBA dès la saison prochaine. Ce choix se confirmera le 22 avril 2014 et le jeune Julius est attendu dans les dix premiers de sa cuvée.

Julius Randle Dunk - Los Angeles Lakers
Julius Randle, Los Angeles Lakers – © NBAE via Getty Images

Des débuts gâchés…

Randle confirmera les attentes de top 10 de cette cuvée de 2014 puisqu’il est sélectionné en septième choix par les Los Angeles Lakers. Un changement de cadre de vie pour l’originaire du Texas en évoluant désormais en Californie. En sélectionnant leur nouveau numéro 30, la deuxième franchise la plus titrée de l’histoire pense acquérir une future pépite sur laquelle construire l’après Kobe. Ce début de reconstruction autour de l’ancien des Wildcats sera retardé par une lourde blessure subie au premier match; lors du coup d’envoi de la saison contre les Houston Rockets, l’intérieur se casse le tibia droit après seulement 14 minutes de jeu. Le bilan est terrible pour le joueur et la franchise: saison terminée pour son premier match dans sa nouvelle équipe (#gordonhayward). On a évidemment connu meilleurs débuts pour un rookie

Julius Randle 1vs1 - Los Angeles Lakers
Julius Randle, Los Angeles Lakers – © NBAE via Getty Images

…Et une première saison en demi-teinte

Il faut donc attendre octobre 2015 pour revoir ce bon vieux Julius sur les parquets. Le profil athlétique, solide et bon des deux côtés du terrain va d’abord ravir les fans Angelinos. Randle se montre rapidement à son avantage. Il débute par un double-double pour son premier match complet contre Minnesota (15 points et 11 rebonds). Il enchaîne rapidement avec ses records aux points (22) contre Dallas et aux rebonds (19) contre les Wizards en un mois seulement. Le bonhomme se développe tranquillement. Pourtant, il va subir de plein fouet le fameux «rookie wall», faisant baisser son impact pendant plusieurs semaines.

Les Lakers ne réalisent pas une grande saison. Celle-ci est davantage marquée par les adieux de Kobe à chaque match que par le basket proposé par les hommes de Byron Scott. En même temps difficile de caser les mots basket et Byron Scott dans la même phrase… Et en cette fin de purge saison, un homme va repointer le bout de son nez, c’est Julius Randle. Ainsi, l’ancien de Kentucky va rentrer dans l’histoire de la franchise en devenant le plus jeune joueur depuis Magic Johnson à poser un triple-double. Cela se déroule le 25 mars contre les Denver Nuggets. Randle posera 13 points, 18 rebonds et 10 assists malgré la défaite. Âgé de 21 ans, le Texan prouve tout son potentiel, mais paye encore sa grande irrégularité malgré son retour dans le 5 de départ.

La route vers la constance

La saison 2016-2017 viendra apporter à Randle un début de régularité. Ainsi, il est plus décisif dans le jeu et y participe davantage. Il distribue le double de passes décisives que sur l’exercice précédent avec ses 3,6 assists de moyenne sur la saison. Il progresse sur sa sélection de shoots, revient plus affûté et progresse dans le scoring (13 points la saison). C’est ainsi qu’il prend de plus en plus de place dans le jeu de Luke Walton (nouveau coach de la franchise). Il réussit trois triple-doubles sur la saison et pose son nouveau record en carrière (32 points malgré le génocide revers 139-100 contre Harden et sa bande).

Sur cet exercice, Randle réalise une belle copie, et, à l’image de son équipe, s’améliore d’année en année. Quelques 16 points, 8 rebonds et 2,5 caviars le tout à 56% de réussite au tir, validé. Et alors qu’il prend une nouvelle envergure malgré la concurrence à son poste, le Texan arrive en fin de contrat en juin. Quoiqu’il arrive, Julius trouvera preneur, mais où ? Compte tenu de la volonté d’attirer du gros poisson à la free agency (coucou LeBron, coucou PG), les dirigeants angelinos pourront-ils proposer ce que souhaite Randle? Beaucoup d’interrogations entourent l’avenir des Lakers, notamment le cas du numéro 30.

Et si effectivement il reste du chemin à parcourir avant d’avoir un potentiel all-star, la progression fût réelle cette année. Meilleur en défense, meilleur au scoring, meilleur dans la mentalité, Randle en a surpris plus d’un. De vilains défauts de concentration et de shoot sont ceci étant nécessaires à corriger. Mais la solution de l’équation est là : Julius Randle est en train de traverser le pont de la promesse de talent à la régularité.

Logo Papers Above The Rim