DISTINCTIONS PATR – ROOKIE DE L’ANNEE

Après plusieurs mois de rigolade, les choses sérieuses commencent dans quelques jours. La rédaction de Papers Above The Rim s’invite à la traditionnelle remise des récompenses individuelles. Cette fois, place au meilleur rookie : the Rookie Of the Year (ROY).

ALEXANDRE

Ben Simmons

Probablement le trophée qui, pour ma part, a été le plus difficile à décerner. Bien que drafté en 2016, Simmons n’est arrivé sur les parquets NBA qu’en 2017 suite à une blessure au pied. Mêlé à une cuvée de rookie extrêmement talentueuse (Ball / Mitchell / Kuzma / Tatum etc…), l’Australien surnage et tourne quasiment en triple-double de moyenne (15.8 / 8.1 / 8.1) pour sa première saison ! Bien qu’il accuse encore (légèrement certes) le coup au scoring, où sa maladresse extérieure l’empêche encore d’accéder au statut de All-Star indiscutable (0/11 cette saison à 3 points), Simmons permet à Philadelphie de jouer la 3ème place à l’Est avec Cleveland et tout cela en l’absence de Joël Embiid, blessé. Donovan Mitchell a davantage un profil de scoreur pur (20.4 points de moyenne cette saison) et semble légèrement moins complet que Simmons. Tatum, bien que moins médiatisé que les deux autres, reste le rookie avec le plus grand potentiel pour s’imposer dans la ligue au vu de son apport à Boston.

Donovan Mitchell Dribble - Utah Jazz - NBA 2018
Donovan Mitchell, Utah Jazz – © NBAE via Getty Images

HUGO

Ben Simmons

Le choix fût difficile, Donovan Mitchell a réellement tenu la dragée haute au Fresh Prince. Mais la maturité et la polyvalence du jeu de Ben Simmons est déjà très impressionnante pour sa première année. Quelques 16 points, 8 rebonds et 8 assists de moyenne, bluffant. Si les Sixers sont de retour sur le devant de la scène, l’impact du numéro 25 est prédominant tant il est essentiel dans le jeu de Brett Brown. Quand le monsieur s’achètera un shoot pour compléter sa panoplie, bonjour le bazar que cela va être pour le défendre. Futur joueur le plus complet de la ligue ? L’avenir nous le dira.

ERWAN

Ben Simmons

Pauvre Donovan Mitchell qui s’est réveillé en cours de route de belle manière, amenant le Jazz à une belle 4ème place à l’Ouest. Le tout avec 20,5 pts – 3,7 rbds – 3,7 passes de moyenne, et un PER (player efficiency rating) de 16,70.

Ben Simmons a démarré la saison tambour battant, démontrant toutes ses qualités de joueur all around : 16 pts – 8,1 rbds – 8,2 passes de moyenne et 12 triple-doubles ! Le plus impressionnant se situe sur les résultats d’équipe. Après un mois de décembre compliqué (10 défaites en 15 rencontres), les Sixers sont parvenus à relever la tête pour se placer à la 3ème place de la conférence Est (devant les Cavaliers du King). Une première si haut au classement depuis l’ère Iverson en 2001 ! Philly reste même actuellement sur une série de 14 matchs sans défaite.

Le ROY était déjà connu en décembre…

Ben Simmons - Philadelphie Sixers - NBA 2017
Ben Simmons, Philadelphie Sixers – © NBAE via Getty Images

SYLVAIN

Ben Simmons

Qu’importe l’issue de cette récompense qui désigne le meilleur rookie de la saison, il y aura forcément une forme de déception légitime. 16 points, 8 assists et 8 rebonds pour le prodige australien des Sixers Ben Simmons. Et plus de 20 points de moyenne pour l’artilleur de Utah Donovan Mitchell.

Mais la dernière ligne droite de Ben Simmons pour mener les Sixers jusqu’à la 3ème place de la conférence Est en l’absence de Joël Embiid risque fort de peser dans la balance. Le rookie aux 12 triple-doubles devrait donc logiquement repartir avec le trophée de ROY, malgré la saison exemplaire de l’arrière du Jazz.

THIBAULT

Ben Simmons

Donovan Mitchell a longtemps été mon favori. En tant que leader offensif d’une équipe playoffable à l’Ouest, comment aurait-il pu en être autrement ? Et bien, branchez Philly TV et ouvrez vos yeux. Une pareille merveille ne demandait qu’à briller. Ben Simmons donne au basket une fibre d’un naturel incroyable. Il n’est même pas question de statistiques. De toute façon, il domine les colonnes. Le jeune gaucher possède une vision du jeu hors-norme pour un gamin de son âge. Bien sûr qu’il mérite son trophée. Bien sûr qu’il dominera la NBA. Bien sûr.

LAUREAT

Ben Simmons

Logo Papers Above The Rim