DISTINCTIONS PATR – SIXIEME HOMME DE L’ANNEE

Après plusieurs mois de rigolade, les choses sérieuses commencent dans quelques jours. La rédaction de Papers Above The Rim s’invite à la traditionnelle remise des récompenses individuelles. Cette fois, place au meilleur sixième homme : the Sixth Man Of the Year.

ALEXANDRE

Lou WILLIAMS
Un sixième homme avec un niveau de All-Star ? C’est ce qui caractérise Lou Williams cette saison. Depuis le départ de Chris Paul et de Blake Griffin, Williams est le leader de cette équipe des Clippers qui se bat toujours pour accéder aux playoffs (ce qui est paradoxal quand on se dit qu’il est remplaçant). En 33 minutes de jeu en moyenne, le joueur de LAC compile 22.7 points, 2.6 rebonds et 5.3 passes. A titre de comparaison, Paul George tourne à 21.6 points de moyenne en étant titulaire indiscutable à OKC. Ce trophée semble indiscutable, le seul concurrent crédible de Williams serait Eric Gordon mais ce dernier a été régulièrement titularisé à Houston et dispose de statistiques moins impressionnantes (18.3 points en 31 minutes).
Lou Williams dribble - Los Angeles Clippers - NBA 2018
Lou Williams, Los Angeles Clippers – © NBAE via Getty Images

HUGO

Lou Williams

Comme pour le trophée de MIP, il n’y a pas de discussions possibles, Lou Will est le 6th Man de l’année. Parce que scorer plus de 22 points par match et délivrer 5 caviars de moyenne en sortant du banc, c’est trop rare pour être signalé. La saison de l’ancien Sixer est splendide statistiquement, il n’y a tout simplement pas match.

ERWAN

Lou Williams

Presque une évidence.

Le lauréat 2015 commence à être un habitué de cette catégorie. Une saison dans une franchise en quête de renouveau, où le trentenaire sait aligner les performances au scoring : 50 pions sur les Warriors, 42 sur les Lakers, 40 sur les Grizzlies et les Hornets. Le tout avec la victoire au bout s’il vous plaît ! 22,6 pts – 2,5 rbds – 5,2 passes de moyenne en 33 minutes de jeu, pour seulement 19 matchs dans le 5 de départ sur 79, c’est pas mal du tout…

Ca risque de se jouer entre lui et Eric Gordon qui fait une saison très semblable à la précédente. Mais on va déjà récompenser deux Rockets cette année, et Gordon a été auréolé l’an passé. Lou Williams sera donc récompensé pour avoir maintenu les Clippers à un niveau acceptable (42v-38d) au vu de leur équipe.

THIBAULT

Lou Williams

Evidemment, la concurrence n’est pas vraiment rude pour Lou Williams en sortie de banc. El Manu sort des artifices quelques soirs par saison. Eric Gordon allume derrière la ligne. Et Nikola Mirotic arrose le jardin quand il ne décore pas les bouquins d’anatomie faciale. Mais cela ne va pas plus loin. Quoique, Bam Adebayo en fait voir des vertes et des pas mûres soir après soir, et sa septième place au defensive rating parmi les remplaçants a de quoi impressionner. Mais, que faire face à l’éternel Lou Will ? Les Clippers ont foiré leur saison, Lou Will va remplir ses étagères du haut de ses 22 pions par match. Déjà vainqueur en 2014-15, rien ne pourra lui résister cette saison.

Lou Williams portrait - Los Angeles Clippers - NBA 2018
Lou Williams, Los Angeles Clippers – © NBAE via Getty Images

LAUREAT

Lou Williams

Logo Papers Above The Rim