DISTINCTIONS PATR – MEILLEURE PROGRESSION

Après plusieurs mois de rigolade, les choses sérieuses commencent dans quelques jours. La rédaction de Papers Above The Rim s’invite à la traditionnelle remise des récompenses individuelles. Cette fois, place à la meilleure progression : the Most Improved Player (MIP).

SYLVAIN

Victor Oladipo

Le trophée de la meilleure progression semble joué d’avance, tellement l’évolution de Victor Oladipo est impressionnante. Au-delà des statistiques évidentes qui jouent en sa faveur, c’est un réel épanouissement, que le jeune arrière a trouvé à Indiana. S’assoir sur le fauteuil de Paul George ne s’annonçait pourtant pas comme une tache facile.

La transformation physique et mentale de Julius Randle est également importante à mentionner. Le jeune intérieur est devenu l’homme à tout faire dans la raquette des Lakers.

THIBAULT

Jaylen Brown

La raison me contredit alors même que la machine écrit. Car oui, Victor Oladipo a atteint un niveau incroyable après deux expériences à Orlando puis OKC plutôt médiocres au vu de son potentiel. Sa propre saison et celle de sa franchise sont excellentes à tout point de vue. Et je souhaite qu’il continue de monter sa Harley dans les saisons à venir.

Mais, rêvons donc le temps d’un paragraphe. Jaylen ! Le sophomore des Celtcis a surpris tout son monde par sa maturité, à faire vaciller les pires pronostics concernant la santé des Celtics. Féroce défenseur, dynamiteur de lignes à coups de jus resplendissants, Jaylen Brown a franchi un vrai cap cette saison. A tel point qu’il en devient le patron des Celtics à l’approche des playoffs. Réveillez-vous doucement. De toute façon, ce titre porte la poisse.

Kryrie Irving & Jaylen Brown - Boston Celtics
Kryrie Irving & Jaylen Brown, Boston Celtics – © NBAE via Getty Images

ALEXANDRE

Victor Oladipo

L’ascension de Victor OLADIPO au sein des Indiana Pacers est ce qu’on peut appeler « fulgurante » !

Lieutenant au sein d’OKC avant le trade de Paul George, Oladipo semblait ne pas avoir les épaules pour s’imposer à Indiana. Néanmoins il a prévu à bon nombre d’observateurs qu’ils ont eu tort. Aujourd’hui à un niveau de All-Star, il a réussi la performance d’emmener les Pacers en playoffs, chose difficilement envisageable en Septembre.

HUGO

Victor Oladipo

Qui d’autre que le numéro 4 des Pacers est le plus légitime a remporté ce titre cette année? Nobody. L’ancien d’Orlando et d’OKC a réellement franchi un pallier cette saison et est devenu le leader d’une surprenante et agréable équipe d’Indiana à voir jouer. Plus de 23 points, 5 rebonds, 4 assists, meilleur intercepteur de la ligue (2,4/match) le tout à 47% au tir, c’est du propre. En plus de sa première sélection au all star game, Vicky sera très certainement récompensé de ce titre de MIP. Mérité, good job mister Oladipo.

Victor Oladipo & Myles Turner - Indiana Pacers
Victor Oladipo & Myles Turner, Indiana Pacers – © NBAE via Getty Images

ERWAN

Victor Oladipo

Enfin ! Enfin, il s’éclate de nouveau sur les parquets. A l’image d’un footballeur gaucher talentueux coupé par le club au sigle PSG, Oladipo a besoin d’une équipe qui joue un peu pour lui. Les délaissés Pacers avaient besoin d’un franchise player, c’est chose faite.

Sans lui, aucune chance que les Pacers n’atteignent leur 5ème place actuelle. C’est bien simple, sur les 6 matchs manqués par Oladipo, tous se sont soldés par une défaite des Pacers…

Un petit exploit pour la franchise de l’Indiana qui n’en finit pas de se reconstruire année après année.

Jaylen Brown aura su profiter des absences aux Celtics, et Capela a pris une dimension intéressante à Houston, mais cette année était bien celle du renouveau du Victor aux Pacers.

LAUREAT

Victor Oladipo

Logo Papers Above The Rim