All-Rookie Teams : c’est l’heure du bilan

La grande ligue a annoncé les fameuses All-Rookie Teams pour cette saison 2017-2018. Pas de grande surprise, mais l’occasion pour @PapersAboveTheR de dresser le bilan de cette prometteuse cuvée de rookie. Enjoy !

Un backcourt de luxe

Du côté de la fist team, le backcourt sonnait comme une évidence. L’unstoppable Donovan Mitchell, associé au prodige australien Ben Simmons, on a connu pire… Les deux jeunes joueurs ont fait l’unanimité, puisqu’ils sont les seuls à avoir obtenu les 100 votes pour la first team. Il faut dire que niveau stats, il ne font pas dans le détails.

Avec plus de 20 points de moyenne, auxquels s’ajoutent ses 3.7 assists et 3.7 rebonds, Mitchell a sorti le grand jeu pour sa première saison NBA. L’arrière du Jazz se sent comme un poisson dans l’eau dans l’Utah, et pourtant, cela s’est joué à peu de choses. En effet, on se rappelle de la jolie manœuvre du GM de Utah Dennis Lindsey, qui avait alors échangé Trey Lyles et le 24ème choix, contre le 13ème choix de la draft 2017. Un 13ème pick qui a alors permis à Donovan Mitchell d’éclore au sein du nid Jazz.

Chez les rookies de Philly, on se contente de suivre les traditions. Top pick à la draft, une petite année à soigner les bobos, et on déchire tout l’année suivante. Après une première saison blanche en 2016-17, Ben Simmons a pu montrer toute l’étendue de son talent à la planète NBA. Il termine sa saison rookie avec des moyennes de 15.8 points, plus de 8 rebonds et plus de 8 assists par match. Le tout sans avoir inscrit le moindre 3 points ! Ce qui laisse une petite marge de progression…

Du talent à l’état pur chez les ailiers

A l’aile, ce sont les agents double « 0 » qui ont reçu le plus de votes. Tout d’abord l’ex-dukie Jayson Tatum, qui ne cesse d’impressionner par sa maturité. Et à ses côtés, la surprise du chef, Kyle Kuzma.

Pour ce qui est de Jayson Tatum, il représente la force tranquille. Un talent incontestable au service du collectif Celtics. Au vu de son excellente saison, avec près de 14 points et 5 rebonds de moyenne, le voir intégrer cette first team rookie sonnait comme une évidence. En revanche, la surprise anecdotique fut été de le voir manquer l’unanimité d’un petit vote. Interrogé sur ce point, Brad Stevens se contentera de lancer un petit « Somebody made a mistake« . Quoiqu’il en soit, le jeune joueur de 20 ans devient le premier rookie des Celtics à être nommé dans la All-Rookie first team depuis un certain Paul Pierce en 1999…

Kyle Kuzma en Summer League
Kyle Kuzma, Los Angeles Lakers – © NBAE via Getty Images

Avec 93 votes pour la first team, c’est l’étonnant Kyle Kuzma qui représente les Lakers dans ces nominations. Auteur d’une excellente saison à plus de 16 points de moyenne, il a confirmé qu’il était le steal de cette draft. En effet, il est important de rappeler qu’il n’a été sélectionné qu’en 27ème position par les lakers. Mais la kuzmania faisait partie de ses plans.

“ That’s one of my goals that I had at the beginning of the year. Everybody had a type of goal, and that was my goal. To see it come true and whatnot is pretty rewarding. ” – Kyle Kuzma

Un européen dans la peinture

Dans la raquette, c’est le finlandais Lauri Markkanen qui représente Chicago. Le jeune pivot, qui sort de l’université d’Arizona, est surement le meilleur rookie des Bulls depuis Derrick Rose en 2009. Du haut de ses 2m13, Lauri Markkanen est devenu le joueur le plus rapide de l’histoire à inscrire 100 tirs à trois points. En effet, il ne lui aura fallu que 41 matchs pour franchir cette barre. Une saison solide à plus de 15 points et 7 rebonds par match, le rookie aura parfaitement assumé son statut de 7ème choix de la draft.

All-Rookie second team

Il y a également de très beaux noms dans la All-Rookie Second Team. A commencer par la tête d’affiche, Dennis Smith Jr. Le meneur de Dallas sort d’une saison digne d’un titulaire de first team, mais il paye la concurrence. Après Yogi Ferrell la saison dernière, les Mavs voient donc pour la seconde fois consécutive, un de leurs rookies dans la All-Rookie Second Team. Dennis Smith Jr. a montré qu’il possédait déjà les épaules pour porter une franchise offensivement. Dallas tient là une base solide sur laquelle construire un collectif.

Les pick numéro 2 et 4 sont également présent avec Lonzo Ball et Josh Jackson. Pas transcendants pour leur première saison, les deux jeunes joueurs ont tout de même montré qu’ils pouvaient être des pièces maîtresse pour des franchises en reconstruction. Enfin, le jump de John Collins et la science du jeu de Bogdan Bogdanovic complètent cette Second Team.

Logo Papers Above The Rim