Grayson Allen, un dirty player chez le Jazz

Le premier épisode du Rook’s Paper saison 2 est enfin arrivé ! L’occasion pour les habitués de reprendre la petite routine. Et pour les nouveaux arrivants, la rubrique 100% rookie de PATR, c’est par ici ! Du lourd s’imposait pour débuter cette nouvelle saison. Toquer à la porte de Duke reste une valeur sûre. Vous aimez les Dirty Players ? Alors venez découvrir le parcours de Grayson Allen. Enjoy !

High School & NCAA

Grayson Allen est un enfant de la Floride. Né en 1995 à Jacksonville, il fait ses premières armes au lycée Providence School, Florida. Durant son année junior, il mène son équipe jusqu’à la finale du championnat d’état au terme d’une incroyable saison à 31 victoires et 1 défaite. Allen inscrit même 31 points en finale offrant ainsi le titre à son équipe. Une dernière année à 22.8 points, 6.7 assists et 4.2 rebonds de moyenne, il n’en fallait pas plus pour que Grayson Allen reçoive son invitation pour le Jordan Brand Classic et sa sélection pour le McDonalds All-American en 2014, où il remporte le Slam Dunk Contest.

NBA 2018 Utah Jazz Grayson Allen Spalding Memphis Grizzlies
Grayson Allen, Utah Jazz – © NBAE via Getty Images

Il rejoint les Blue Devils de Duke en 2014 mais devra patienter avant de prendre le leadership. Malgré un match à 27 points face à Wake Forest, Allen signe une saison freshman à 10 minutes par match sans débuter la moindre rencontre. Il faudra attendre sa deuxième saison NCAA pour le voir noircir les feuilles de stats. Il joue plus, il joue mieux. Allen réalise sa meilleure saison avec 21.6 points, 4.6 rebonds et 3.5 assists de moyenne.

Mais son aventure NCAA ne s’arrête pas là. Il fera finalement partie des rares joueurs à terminer leur cursus universitaire. Sa belle histoire avec les Blue Devils s’achève avec plus de 1900 points, 400 rebonds et 400 assists, ce qui le propulse dans le top 5 de l’histoire de Duke aux côtés d’un certain Grant Hill. Son talent ne fait aucun doute, mais alors pourquoi dirty player ? On vous laisse juger…

L’adaptation NBA

Grayson Allen est sélectionné en 21ème position par les Jazz de Utah. Il débarque donc dans une franchise ambitieuse qui n’a pas chamboulé son effectif durant la période estivale. C’est un rôle de back-up au poste d’arrière-ailier qui attend le jeune rookie. Au vue de ses 4 saisons passées en NCAA, Grayson Allen devrait être NBA ready. En effet, il fait partie de la génération 95, celle de Kristaps Porzingis, Zach LaVine ou encore Andrew Wiggins. Pour son premier match dans la grande ligue, Allen a rendu une très belle copie face à Memphis. En seulement 11 minutes, il inscrit 7 points à 100% aux tirs. S’en suivent 2 matchs au temps de jeu très réduit avec respectivement 4 et 5 minutes passées sur le parquet.

Le jeune rookie de Utah a réalisé son match référence face aux Mavs de Luka Doncic. Allen plante 11 points en seulement 13 minutes sans rater le moindre tir. Il parvient donc à trouver un rendement très efficace en sortie de banc lorsque son tir extérieur ne lui fait pas défaut. Face à Memphis, l’absence d’un certain Donovan Mitchell lui permet d’obtenir du temps de jeu. En 27 minutes, Grayson Allen tente des choses mais ne trouve pas la mire. Il termine à 9 points à 3/8 aux tirs dont 2/7 à trois points. Pourtant très à l’aise dans la percussion pendant ses années universitaires, Allen n’est pas encore parvenu à répondre pleinement à l’intensité physique présente en NBA.

NBA 2018 Utah Jazz Grayson Allen Spalding Home
Grayson Allen, Utah Jazz – © NBAE via Getty Images

Quin Snyder a été clair, l’adresse extérieur de son rookie ne lui garantira pas un temps de jeu conséquent. Utah est avant tout une franchise qui se démarque par sa rigueur défensive. Donovan Mitchell n’est pas devenu Donovan Mitchell uniquement grâce à ses qualités offensives, aussi nombreuses soient elles. Le désormais sophomore vedette du Jazz est également un excellent défenseur sur l’homme. Grayson Allen doit donc se développer dans le secteur défensif afin de répondre aux attentes de son coach.

La perf’ de la semaine

C’est à Trae Young que revient le perf’ de la semaine chez nos rookies, avec son excellente performance face au Heat de Miami. Le rookie des Hawks signe un match à 24 points, 6 rebonds et 15 assists. Malgré un pourcentage moyen (47% au tir dont un 2/8 à trois points), la distribution de caviars prend le dessus. 20 points et 15 assists sur les 10 premiers jours de compétition, cela n’était pas arrivé depuis Mark Jackson en 1987. Une perf’ XXL de début de saison qui ramène un peu de soleil à Atlanta. Le 5ème choix de la dernière draft régale, et tant mieux. Car la saison des Hawks ne sera pas de tout repos…

Le 5 de la semaine


PG : Trae Young | SG : Elie Okobo | SF : Luka Doncic | PF : Wendell Carter Jr | C : DeAndre Ayton


A la mène, c’est sans surprise que nous retrouvons Trae Young. Avec 2 double-doubles, et une victoire à domicile face à Miami, le rookie d’Atlanta continue de jouer sans pression en menant à la baguette l’offensive des Hawks. Un peu de chauvinisme pour compléter la ligne arrière. Le frenchie Elie Okobo réalise un très bon début de saison avec notamment une perf’ à 18 points, 5 rebonds et 7 passes, ainsi qu’une première intégration dans le 5 majeur des Suns.

Comment ne pas nommer Luka Doncic dans le 5 de la semaine. Le MVP du dernier EuroLeague était à la lutte avec Trae Young pour la perf’ de la semaine. En effet, le slovène a réalisé un match à 31 points, 8 rebonds et 4 assists face aux Spurs à 11/18 aux tirs. Il n’y pas plus de doute, Luka Doncic ne fera pas partie de cette liste de joueurs européens incompatibles avec le jeu NBA.

Wendell Carter Jr. s’impose comme un titulaire indiscutable dans le roster des Bulls de Chicago. L’intérieur a d’ailleurs été starter sur la totalité des rencontres depuis le début de la saison. Cette semaine il réalise 2 matchs très intéressants face à Denver (25 points et 8 rebonds) et Houston (14 points et 13 rebonds). DeAndre Ayton complète la raquette du 5 de la semaine. Le dernier first pick s’impose comme LE pivot old school de cette draft. Face à Toronto, il termine à 17 points et pas moins de 18 rebonds à 7/10 aux tirs.

Logo Papers Above The Rim